Alexis Bellanger aidé par Morphologics en vue de Paris 2024

Alexis Bellanger est un miraculé. Le 4 août 2017, il est renversé par une chauffarde alors qu’il se promenait à pied avec sa grand-mère et son petit frère. À la suite de cet accident, l’enfant de 12 ans est amputé de la jambe gauche. Après être resté trois semaines à l’hôpital, il passe six mois au centre de rééducation Kerpape de Ploemeur (Morbihan). Il a reçu la visite et le soutien de plusieurs coureurs professionnels. “Warren Barguil est venu lui rendre visite. Il lui a passé un maillot et une casquette. Brice Feillu, Benoît Vaugrenard, Audrey Cordon-Ragot et Adrien Garel lui ont également donné un maillot“, indique son père Gaëtan. Il continue à recevoir quelques messages de ces derniers. “Il a par exemple roulé avec Benoît Vaugrenard après le premier confinement“.

« NOUS AVONS MIS AU POINT UNE MANIVELLE RÉGLABLE »

Président de l'UC Pays de Josselin (Morbihan) et ancien coureur en troisième catégorie, Gaëtan Bellanger a vu son fils venir naturellement au vélo à l’âge de 7 ans. “Il allait aux organisations. C’est lui qui a voulu se mettre au vélo“. Il montrait déjà une belle force de caractère. “Il était assez persévérant quand il faisait de la compétition en école de cyclisme, il savait ce qu’il voulait. Il était bien mature pour son âge, il a confirmé“. Au bout d’un ou deux mois de rééducation, il utilise déjà un tricycle au centre de rééducation de Kerpape. Puis après trois mois, il enfourche son VTT quand il rentre chez lui le week-end. “Il avait le mental pour aller de l’avant“.

L’année suivante, en 2018, ils se rendent chez leur marchand de vélo, les Cycles Miloux à Ploërmel, partenaire du club de Josselin et qui est également un centre d’expertise de MorphoLogics. Après avoir acheté un vélo standard, des réglages sont effectués en 2019 afin qu’il puisse pédaler avec sa prothèse à la jambe gauche. “Ce challenge les intéressait fortement“, confie le père d’Alexis. La société MorphoLogics basée à Saint-Malo (Ile-et-Vilaine) intervient donc dans le processus. “Nous avons mis au point une manivelle réglable, qui a pour but de compenser la différence entre ses jambes. Nous sommes parvenus à déterminer une « longueur de manivelle ». La manivelle vient de chez T.A.. Ils ont vraiment été très coopératifs“, explique Michel Le Goallec, le directeur de l’entreprise.

alexis-bellanger.jpg

« UN NOUVEAU CHALLENGE POUR NOUS DE RÉUSSIR À LE REMETTRE SUR UN VÉLO »

Le patron de MorphoLogics avait à cœur de donner un coup de main au jeune Alexis Bellanger. “C'était important d'aider : cela nous pousse à la recherche, c'était un nouveau challenge pour nous de réussir à le remettre sur un vélo, qu'il retrouve le plaisir de pédaler. La médecine m'a donné, alors je pense que c'est maintenant à moi de transmettre. Alexis n'est pas un cas isolé. Aujourd'hui, nous trouvons des solutions pour les personnes qui ont une jambe plus courte que l'autre, qui à la suite d'un accident par exemple, ont 1 ou 1,5 cm de différence entre leurs jambes“. Avant le premier confinement, Alexis et son père sont allés au siège de MorphoLogics à Saint-Malo pour que l’ancien coureur amateur Geoffrey Millour, qui y passait sa thèse, prenne des photos et des vidéos. En 2020, grâce à ces réglages, Alexis Bellanger a retrouvé la compétition en disputant deux épreuves FFC chez les Cadets. “Il n’est pas désarçonné sur son vélo. Il a une belle position“, se réjouit son père Gaëtan. Désormais âgé de 15 ans et lycéen en seconde générale, Alexis effectue également des stages handisport sur la route et sur la piste comme à Bourges. Il y retrouve notamment la cycliste paralympique Kattel Alençon qui a été la première à lui rendre visite à l’hôpital après son accident. En parallèle, il fait aussi de la natation. Il a récemment disputé le Championnat de France handisport de la discipline à Angers le 12 et 13 décembre. “Pour l’instant, il continue les deux sports. C’est lui choisira plus tard s’il veut vraiment se spécialiser. Son but est de participer aux Jeux Paralympiques de Paris en 2024“.